LES SÉANCES D’UV EN CABINE DE BRONZAGE NE PRÉPARENT PAS VOTRE PEAU AU SOLEIL

Le bronzage artificiel n’a pas le même effet protecteur que le bronzage naturel car il est plus superficiel. Les UV artificiels ne font que s’ajouter aux UV du soleil : l’effet cancérigène est renforcé. La fréquentation des cabines de bronzage est donc fortement déconseillée.

LA CRÈME SOLAIRE NE SUFFIT PAS A PROTÉGER VOTRE PEAU DU SOLEIL

Même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV : l’« écran total» n’existe pas. Son utilisation ne permet pas de s’exposer plus longtemps.
Recommandations de bon usage des produits de protection solaire à l’attention des utilisateurs (pdf, 298 Ko)

LES CRÈMES SOLAIRES LAISSENT PASSER LES UV

Une crème solaire indice 2 n’arrête que 50 % des UV, un indice 20 en stoppe 94 %, un indice de 60 en laissera encore passer 2 %.

MÊME BRONZÉ, IL FAUT CONTINUER DE SE PROTÉGER

Le bronzage est une «barrière» naturelle fabriquée par la peau pour se protéger du soleil.
Mais cette barrière est superficielle et ne filtre qu’une partie des UV. Une peau bronzée
est moins sensible aux coups de soleil, mais ne protège absolument pas contre le risque de cancer.

LE RISQUE N’EST PAS LIE A LA SENSATION DE CHALEUR MAIS A L’INTENSITE DES RAYONS UV

Méfiez-vous des fausses impressions de sécurité lorsqu ’il fait plus frais,
sous un ciel nuageux ou avec du vent.

LE DANGER NE VIENT PAS UNIQUEMENT DES COUPS DE SOLEIL

Les UVA n’ont le plus souvent pas d’effet visible immédiat mais ils pénètrent la peau en profondeur. Tous comme les UVB, ils augmentent pourtant le risque de cancer de la peau.

LA REVERBÉRATION DU SOL EST D’INTENSITÉ VARIABLE.

L'herbe, la terre et l'eau réverbèrent moins de 10 % du rayonnement UV alors
que la proportion peut atteindre 80 % pour la neige fraîche, environ 15 % pour le sable sec d'une plage et 25 % pour l'écume de mer.